Solange Mahounami KPOGBEMABOU

mahounami.kpogbemabou@rennes.archi.fr

Titre de la thèse : Question d’identité architecturale. Discours croisé à travers quatre villes d’Afrique subsaharienne (1990-2020). Cas de Cotonou, Porto Novo, Ouagadougou et Bobo Dioulasso.

Sous la direction de : Carmen POPESCU

Résumé :

Ce travail porte sur l’identité architecturale de quatre villes d’Afrique subsaharienne, Cotonou, Porto Novo au Bénin et Ouagadougou, Bobo Dioulasso au Burkina Faso. Le caractère comparatif de cette recherche entre plusieurs villes d’Afrique subsahariennes est enrichi de confrontation entre les discours des politiques, des élites et la façon de les transcrire en architecture par les architectes. Une approche peu traitée quand il s’agit d’architecture post coloniale en Afrique subsaharienne. L’idée d’aborder ce travail sous forme de discours croisé dans un premier temps entre Cotonou et Porto Novo, puis par extension à Ouagadougou et Bobo Dioulasso, réside dans le fait que l’identité architecturale plus ou moins territorialisée et le caractère universel plus ou moins assumé de la ville africaine sont fortement liés.

C’est à partir de mes quinze années de pratique en tant qu’architecte urbaniste entre le Burkina Faso et le Bénin, que je me suis lancée dans cette recherche sur l’identité architecturale de ces quatre villes. L’objectif étant dans un premier temps, d’évaluer l’ancrage mémoriel des visions des politiques et des élites. Ici, il s’agit d’analyser les différents programmes politiques des gouvernements successifs au Bénin et au Burkina, depuis les années 1980 jusqu’au début des années 2000 et leur matérialisation dans les architectures phares pensées et réalisées par les architectes à la même époque. Puis, une série d’entretien, dans la mesure du possible avec les architectes concepteurs de ces bâtisses identifiées précédemment, pour mieux saisir la place de l’architecte dans la matérialisation de l’identité architecturale des villes. Enfin, il nous semble important de pouvoir analyser l’évolution des discours produits autours de ces architectures produites en lien avec les « réalités du moment » depuis leur construction jusqu’à leur réception en particulier par les populations qui les côtoient. Ici c’est « l’instrumentalisation » des discours autour des bâtisses pour nourrir les visions des politiques et des élites que nous cherchons mettre en avant.