Priscilla BITTENCOURT BIASSI

priscilla.biassi@rennes.archi.fr

Architecte et Urbaniste Msc., Doctorante en Architecture, GRIEF (EA 7465).

Sous la direction de : Christophe CAMUS

Titre de la thèse : L’architecture mouvante. Une investigation du flux continu de transformation de l’architecture à travers l’étude de cas des Unités d’Habitation de Le Corbusier.

Cette recherche doctorale propose une nouvelle approche à la recherche architectural, en parlant de la vie du bâtiment, décentralisant de l’architecte le rôle d’agent concepteur et transformateur de l’architecture, en regardent l’architecture pour la perspective des expériences des multiples acteurs comprises dans les processus de transformation de l’architecture.

La littérature architecturale, en général, tend à décrire l’architecture sous la forme d’épitaphes, c’est-à-dire, de manière statique[1]. De cette façon elle utilise le contexte historique comme un lieu spatio-temporel, plutôt fixé dans l’époque de la construction, centralise la conception et la construction dans les architectes, évoquant  leurs auteurs comme des génies créatifs, machines à projeter, définissant le pedigree des œuvres emblématiques, en se concentrant sur la pierre, le bâtiment, par le biais de photos et perspectives, et sur le papier, c’est-à-dire, sur le projet et ses qualités formelles, techniques et esthétiques. Cette approche est une illustration claire de l’académisme architectural en vigueur et ignore que l’architecture est inscrite dans un processus d’évolution constant,  étant inscrite dans une dynamique, ou un flux continu, de développement, transformation et adaptation.[2]

Dans ce contexte, la problématique de cette recherche est d’explorer une nouvelle approche qui respecte le caractère dynamique de l’architecture. Lors de cette recherche, les processus de transformation de l’architecture doivent être considérés comme un ensemble d’actions, décentralisées de la figure de l’architecte en tant qu’agent transformateur et concepteur de l’objet construit, en considérant les autres acteurs impliqués dans cette pratique. Dans cette perspective, le bâtiment n’est pas perçu comme une œuvre statique ou achevée à la fin de sa construction, mais en constante évolution, à partir de ses interactions et de ses transformations. Cette exploration envisage également de sortir du lieu commun, dans lequel les projets et bâtiments sont analysés en fonction de leurs qualités esthétiques et formelles et des critères imposés lors de leur commande , en  regardent  l’architecture à partir des expériences et des pratiques des acteurs impliqués dans leur vie quotidienne, en évaluant leur développement et leur adaptation, ce qui permet de visualiser les résultats du projet et même de comparer leur performance à celle souhaitée dans leur conception.

Cette travail a pour objectif de proposer une approche au-delà de l’objet construit afin d’obtenir une compréhension plus globale de l’architecture. Cette approche vise à analyser l’architecture pendant son processus de transformation constant, c’est-à-dire en train de se faire, en décentralisant l’exploration et la recherche de l’architecture de la figure de l’architecte, du projet et des critères de la commande,  pour mettre en évidence les expériences dans l’architecture, ainsi comme l’appréciation des résultats et l’applicabilité des concepts de l’architecture à la vie quotidienne. De cette façon on peut l’explorer en considérant sa nature dynamique, son mouvement continu d’adaptation et d’évolution, permettant ainsi de mettre en évidence le rôle des acteurs humains et non humains inscrits dans ces processus et dynamiques ainsi comme les réseaux établis, permettant de l’explorer sous la perspective d’une construction collective et sociale. Cette exploration sera faite à travers d’un point de vue et une trame peu explorée dans l’architecture, qui traite simultanément les acteurs, leurs expériences et leurs pratiques, et, par conséquent, l’objet produit, qui dans ce cas est le bâtiment ou l’objet construit.

La recherche doctorale se propose la réalisation d’une analyse des processus de transformation de l’architecture, à partir de deux rapports parallèles et indissociables, en tant que forme de représenter l’architecture comme un mouvement continu, en suivant le flux qui la génère :

Un de ses rapports est le récit des processus de transformation de l’architecture, qui traite simultanément les acteurs et les pratiques à travers du contexte des expériences d’interaction avec l’espace, du comportement et des relations individuelles, interpersonnelles et sociales, relatives à l’architecture.

L’autre se réfère à l’objet produit, le bâtiment, l’enregistrement de l’évolution de l’objet construit face aux événements qui l’ont généré à travers des ressources graphiques, comme plans, croquis, photos.

De cette façon, nous cherchons à établir un parallèle entre la chronologie et l’iconographie de l’œuvre et son évolution, sous la perspective du contexte socioculturel, des relations et expériences s’étant produites dans cette dynamique, ainsi que ses effets sur la transformation de la forme de l’objet construit.

Cette recherche sera menée à partir de l’étude de cas des l’Unités d’Habitation de Le Corbusier à Marseille, Briey, Firminy et Rezé en France et Berlin en Allemagne, qu’ont ses racines dans ce projet.

Pour la réalisation de cette recherche il est nécessaire de dépasser les frontières de l’architecture et développer une méthodologie hybride, que rapporte des éléments de la recherche en architecture  combinés à des connaissances des sciences sociales, notamment le courant de recherche constructiviste et l’ANT.

[1]              LATOUR, Bruno et YANEVA, Albena. 2008

[2]              Ibid.